Commentaires récents

Evements en cours à Rome

31 mai 2018 jusqu'à épuisement des œuvresVilla Médicis, Académie de France à Rome L’article Tak [...]

Bière artisanale et street-food typique de Rome (Suppli, pinsa)Samedi 7 et dimanche 8 juillet 2018Pa [...]

Le charme des Horti Farnesiani, les jardins FarnèseDu 21 mars au 28 octobre 2018Palatin, via Nova L’ [...]

Ouverture le 29 juillet 2018Piazza Augusto Imperatore L’article Arrivée de la pizza napolitaine de G [...]

Revoir les thermes tels qu'ils étaient dans l'antiquitéThermes de Caracalla L’article Visi [...]

Le Caravage à Rome

ottavio-leoni-1621-caravaggio

Ottavio Leoni : le Caravage, 1621

Michelangelo Merisi, dit Le Caravage (Caravaggio en italien), (28 septembre 1571 à Milan – 18 juillet 1610 à Porto Ercole) était un Peintre italien actif à Rome, Naples, à Malte et en Sicile. Ses peintures innovent à l’époque, combinant une observation réaliste de l’homme, aussi bien physique qu’émotionnelle, avec une utilisation dramatique de l’éclairage (le clair-obscur). Il eu une forte influence sur le mouvement baroque issu du maniérisme, à l’origine du Caravagisme, inspirant de nombreux artistes comme Pierre Paul Rubens, Jusepe de Ribera, Gian Lorenzo Bernini et Rembrandt.

Le Caravage a fait de l’éclairage un élément stylistique dominant, assombrissant les ombres et transposant les sujets dans des puits lumineux. Il exprime de façon vivante des moments et des scènes cruciaux, souvent caractérisés par des luttes, des épreuves ou la mort.
Il avait l’habitude de travailler rapidement, directement sur la toile, et avec des modèles vivants.

Il a suivi sa formation de peintre à Milan avant de déménager dans la vingtaine à Rome. Il eu rapidement un grand succès, obtenant des commandes prestigieuses.
Il fut aussi connu pour être un homme sensible et parfois violent.
En 1606, à la suite d’une bagarre ou d’un duel qui entraîne la mort de son adversaire, il est condamné pour meurtre. Il fuit Rome pour vivre en exil à Naples, puis à Malte et en Sicile. Il essaie de racheter ses fautes auprès du Pape, notamment par ses œuvres.
De retour à Naples en 1609, il fut de nouveau impliqué dans un affrontement violent, ayant été défiguré d’après les témoignages. Il mourut en 1610 dans des circonstances incertaines (officiellement de fièvre) en se rendant de Naples à Rome. Certains on évoqué un assassinat ou un empoisonnement au plomb.

Les innovations du Caravage ont inspiré la peinture baroque, mais son œuvre fut assez rapidement oubliée. C’est au XXe siècle que l’intérêt pour son travail a été relancé et son importance dans le développement de l’art occidental et la peinture moderne a été réévaluée.

Ci-dessous, un parcours de Rome pour découvrir les œuvres du Caravage qui se trouvent dans la capitale italienne, au détour des ruelles du centre historique de la ville.

Le Caravage dans des églises de Rome

  • san-matteo-e-angelo-caravaggio

    Saint Matthieu et l’ange

    Le triptyque de Saint Matthieu à Saint Louis des Français (San Luigi dei Francesi) : la vocation de saint Matthieu, le martyre de saint Matthieu et saint Matthieu et l’ange.
    L’une des plus importantes charges de la carrière du Caravage fut la décoration de la Chapelle Contarelli en 1599, dans l’église baroque de Saint Louis des Français, près de la Place Navone.
    Le Caravage y a développé une série de trois peintures consacrées à la figure de saint Matthieu.
    Ces œuvres eurent dès leur installation un grand prestige.
    Saint Matthieu et l’ange (1602) a été refait par l’artiste, après le rejet d’une première version par ses clients. Elle montrait le saint comme un homme chauve aux jambes sales qui semblait souffrir pour écrire, aidé par un ange qui lui tenait la main. Ce tableau été détruit pendant la Seconde Guerre mondiale, mais il en reste des reproductions photographiques.

  • martirio-san-pietro-caravaggio

    La crucifixion de Saint Pierre

    Les deux Caravage à Santa Maria del Popolo
    Dans la basilique Sainte Marie du Peuple (Santa Maria del Popolo), on peut admirer deux chefs-d’œuvre de l’artiste qui datent de 1601: la conversion de saint Paul sur la route de Damas (dans la Chapelle Cerasi) et la Crucifixion de Saint-Pierre.
    Les versions originales de ces peintures furent rejetées. Dans la première version de la Conversion de saint Paul, le saint semblait une figure secondaire devant la dominance du cheval dans la composition. Cette œuvre se trouve au sein d’une collection privée de la famille Odescalchi Balbi, de temps en temps exposée. La première version de la Crucifixion de Pierre a disparu

  • madonna-di-loreto-caravaggio

    Madone des Pèlerins

    Madone des pèlerins (Madonna di Loreto) dans l’église Sant’Agostino
    La Madonna di Loreto (Madone des pèlerins) est exposée dans l’église Saint-Augustin, peinture exécutée en 1604 pour le compte de Ermete Cavalletti, afin d’orner la chapelle familiale.

Le Caravage dans des musées et des palais de Rome

  •  Trois œuvres à la Galerie Doria Pamphilj.
    La Galerie Doria Pamphilj abrite trois œuvres de l’artiste.

    maddalena-penitente-caravaggio

    Madeleine repentante

    La Madeleine repentante (1594, La Maddalena Penitente), Repos pendant la fuite en Egypte (1594, Riposo durante la Fuga in Egitto) et Saint Jean-Baptiste (1602, San Giovanni Battista). La Madeleine faisait partie d’un ensemble destiné à décorer les salons du premier client du Caravage, le cardinal Francesco del Monte. Le modèle était une prostituée qui apparaît aussi dans la Mort de la Vierge (maintenant au Louvre). Des années plus tard, elle a été retrouvée morte dans le Tibre.

  • Cinq œuvres à la Galerie Borghese
    davide-con-la-testa-di-golia-caravaggio

    David et Goliath

    La Galerie Borghese conserve un important ensemble des œuvres du Caravage : Le garçon à la corbeille de fruits (1593-1594), le Jeune Bacchus Malade (1593, autoportrait possible), Madone des Palefreniers (1606), Saint Jérôme, Saint Jean-Baptiste (1609-1610) et David et Goliath (1606-1607, Davide con la testa di Golia). Dans ce dernier le Caravage s’est représenté face au géant décapité.

  • La Mise au tombeau aux Musées du Vatican
    caravaggio-la-deposizione-di-cristo

    Mise au Tombeau

    La Mise au Tombeau (1602-1604, Deposizione di Cristo) est la seule œuvre du Caravage aux Musées du Vatican, mais celle-ci est d’une grande beauté. Elle a reçu un consentement unanime (ce qui était rare pour le Caravage), et beaucoup d’admiration des critiques contemporaines.

  • Trois tableaux au Palais Barberine (Palazzo Barberini)
    Narcise (1597-1599), Judith et Holopherne (1602, Giuditta e Oloferne), Saint-François en méditation (1605). Le Judith et Holopherne fut célèbre à l’époque, en ayant surpris et choqué les visiteurs à son emplacement d’origine, en raison de son réalisme et sa crudité. Des peintres reprirent l’œuvre par la suite, comme Artemisia Gentileschi (Judith Tueur d’Holopherne, 1620) et Francisco de Goya (Judith et Holopherne, 1820).
    Le Narcisse, est daté d’environ 1597-1599. Il existe un débat autour de l’auteur de ce tableau.
    Saint-François en méditation date de 1605.
  • san-giovanni-battista-o-giovane-con-un-montone-caravaggio

    Saint Jean-Baptiste au bélier

    Deux tableaux des musées du Capitole
    Dans les Musées du Capitole, on peut admirer l’une des huit représentations de saint Jean-Baptiste que l’artiste a créé au cours de sa vie, le Jeune Saint Jean-Baptiste au bélier (San Giovanni Battista ou Giovane con un montone), de 1602, identique à celui de la Galerie Doria Pamphili.
    Le tableau de la Diseuse de Bonne Aventure (Buona ventura), d’environ 1594, est célèbre et souvent copié par d’autres artistes. Il en existe une version postérieure exposée au Musée du Louvre.

  • Saint Jean-Baptiste au Palais Corsini
    Cette version de Saint Jean-Baptiste (la cinquième réalisée par le peintre) date d’environ 1604. L’iconographie est inhabituelle.
  • caravaggio-giove-nettuno-pluto-villa-ludovisi

    Jupiter, Neptune et Pluton

    Peinture murale dans la Villa Ludovisi
    Jupiter, Neptune et Pluton (Giove, Nettuno e Plutone), d’environ 1597, de 300 par 180 cm, peinture murale ornant un plafond du Casino de la Villa Boncompagni Ludovisi

     

Parcours du Caravage à Rome

KML-LogoFullscreen-LogoQR-code-logoGeoJSON-LogoGeoRSS-LogoWikitude-Logo
Caravage à Rome

chargement de la carte - veuillez patienter...

San Luigi dei Francesi: 41.899581, 12.474540
Santa Maria del Popolo: 41.911491, 12.476656
Sant\'Agostino: 41.900774, 12.474061
Galleria Doria Pamphilj: 41.897985, 12.481562
Galleria Borghese: 41.914210, 12.492144
Musei Vaticani: 41.906488, 12.453641
Palazzo Barberini: 41.903149, 12.490048
Musei Capitolini: 41.892943, 12.482558
Palazzo Corsini: 41.893222, 12.466840
Villa Ludovisi: 41.907243, 12.487235

 

En savoir plus sur les œuvres du Caravage :

Laisser un commentaire

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>