1 – Préparation en Moésie

Colonne de Trajan, préparation en Moésie

Il fait nuit, le poste avancé de l’armée romaine se situe en haute Moesie, peut être en bordure de la rivière Mlava à la confluence du Danube.
Ces tourelles (castella) sont chacune ceinturées d’une cloison carrée. A la fenêtre de l’étage, une torche est allumée, servant à faire des signaux aux troupes éloignées.

Elles sont gardées par quatre soldats vêtus d’un pantalon collant, d’un pourpoint à bordure dentelée et d’un manteau (sagum). Ils sont armés du bouclier ovale (emblèmes : couronne et étoiles) et de la lance (hastati); mais cette dernière à disparue – comme la plupart des armes de la colonne, qui étaient de métal et « piquées » dans la pierre.

Deux soldats, le cou entouré d’une cravate (focale), embarquent des barils à bord d’un canot ; deux autres canots amarrés à côté sont déjà chargés de futailles et de bagages qui serviront à ravitailler les troupes lors de leur progression en bordure du fleuve.
Ces petites embarcations étaient dirigés au moyen de deux gouvernails. On distingue le siège du timonier, construit en planches et dont on remarque les clous, décoré d’une petite balustrade à jour, à laquelle la barre de l’aviron est attachée.

2 – Préparatifs de guerre, Viminacium

colonne de trajan - 2

Sur le rivage de la Mlava, non loin de l’endroit où elle va se jeter dans le Danube, s’élève la ville forte de Viminacium (aujourd’hui Kostolatz), garnison de la vif légion Claudienne.
On remarque deux habitations à l’entrée de la villa, entourées chacune d’une cloison circulaire de pieux pointus.
La première se remarque par un élégant portique, formé de quatre colonnes, la seconde se compose de deux corps de bâtiment, dont la porte du premier est couverte d’un petit toit saillant soutenu par des poteaux.
Le rivage devient de plus en plus abrupte, par endroit y poussent quelques arbres. Au second plan, la ville se déploie. On remarque un édifice dont l’entrée est orné de quatre arcades. Dans la muraille de la forteresse, construite en pierres de taille et couronnée de créneaux, s’ouvrent trois grandes portes cintrées. On distingue plusieurs sentiers qui conduisent à la rivière.

Dessous, la Mlava se jette dans le Danube. Le dieu Danuvius (ou bien Ister) lui-même, assis dans sa grotte, la tête ceinte de plantes aquatiques, regarde les Romains qui traversent le pont.

3 – Légion en marche

colonne de trajan - légion en marche

L’armée romaine est en marche, un pont de bateaux est jeté sur le Danube. Il conduit à l’île qui porte aujourd’hui le nom d’Ostrova. La tête de la colonne, avec l’état-major est déjà sur le territoire ennemi, alors que les derniers soldats ne font que de sortir de la place forte.

Les légionnaires sont tête, jambes et bras nus, vêtus d’une tunique courte. Leur cuirasse (lorica) est formée de deux carapaces de bronze, réunies sur le dos par des charnières et sur la poitrine par quelques boucles ; la taille et les épaules sont garnies de bandes de cuir juxtaposées. Le glaive et le casque restent suspendus à l’épaule droite. La main gauche est chargée du bouclier oblong (emblème : étoile entourée d’une couronne) et d’une perche (furca), au haut de laquelle le soldat porte les vivres et les ustensiles de cuisine, c’est-à-dire l’outre d’eau, et le havresac (correspondant à 17 jours ordinairement, jusqu’à 1 mois de vivre).

Les cinq porte-enseignes (signifcri) de manipule (1) et de cohorte, qui précèdent ce groupe, ont la tête couverte d’une peau d’ours montée sur un cercle de métal; les pattes de l’animal sont liées sous le cou. Leurs vêtements consistent en une tunique et un pourpoint à bordures dentelées; le glaive est

suspendu à la hanche droite; du bras gauche ils tiennent un bouclier ovale.
Les étendards de manipule (on en voit deux) se composent d’une main entourée d’une couronne (2), et placée sur une barre transversale ornée-de bandelettes, de six patères (fercula, petits plats à l’usage des sacrificateurs) et d’un croissant.
Les (trois) étendards de cohorte sont d’une composition plus riche encore. On y distingue deux médaillons représentant les bustes des empereurs Nerva et Trajan, puis l’aigle placée dans une couronne et fixée sur une barre décorée de rubans. Ces ornements sont séparés par des étiquettes (indiquant le numéro de la cohorte) et par cinq couronnes de feuillage. Tout en haut l’on voit, sur une plaque carrée, le bas-relief du dieu protecteur de la cohorte.

Entre les deux porte-enseignes de manipule marchent un vexillarius ( porteur du drapeau d’étoffe frangée, vexillum), ainsi que l’aquilifer qui garde l’aigle de la légion, placée sur un support en forme de chapiteau, les ailes repliées ceintes d’une couronne murale (3). Un autre soldat ne tient que le support d’une aigle, perdue sous le règne de Domitien, lors de la défaite du préfet des prétoriens Cornélius Fuscus. Enfin, on voit un porte-étendard avec le vexillum surmonté d’une statuette de la Victoire qui tient ses attributs ordinaires, couronne et branche de palmier. La troupe ainsi distinguée devait s’appeler victrix.

(1)(Du temps de Trajan, le manipulus se composait de deux centuries, 80 hommes chacune. Trois manipules formaient une cohorte (480 hommes). La légion, de 60 centuries, était forte d’à peu près 5000 soldats, sans compter les officiers.)
(2)Ce sont les couronnes de gazon (coronœ gramineœ] ou de feuilles de chêne (civicce] offertes en récompense aux généraux et aux soldats qui s’étaient illustrés par un fait d’armes.
(3)Cette légion était donc entrée la première dans une ville assiégée

Les deux lieutenants (tegali) de Trajan sont placés à l’extrémité de chaque pont. Ils sont vêtus d’une cuirasse en métal, et garnie d’un double rang de lanières flottantes en cuir travaillé, qui protègent les jambes et les épaules, ont un manteau sur l’épaule droite.
De la main gauche ces officiers tiennent un petit bâton d’ivoire (scipio cburneus), emblème de leur dignité.

Arrivés sur la terre ferme, nous remarquons d’abord deux sonneurs de cor (bucinatores), couverts d’une peau d’ours comme les porte-enseignes. Leur instrument, la butina (cornet de bouvier) est un grand cor circulaire (I1 servait à indiquer aux factionnaires les heures de descente de garde).

Une troupe de treize jeunes cavaliers, dont cinq tiennent des lances, est occupée autour des chevaux de l’empereur et de ses généraux. Ils font probablement partie du corps d’élite des 450 çquites singularcs Augusti formé par Trajan pour son service personnel, et choisi parmi les meilleurs soldats des troupes auxiliaires.
Les chevaux portent des housses richement brodées; la monture de l’empereur est en outre chargée
du bouclier (emblème : roues) de son maître. Nous savons que Trajan allait presque toujours à pied (*).

(*) L’empereur Lui-même marche en tête de la colonne; son bras, fièrement tendu, montre à l’armée le chemin qu’elle doit suivre.

4 – Conseil de guerre

colonne trajane - conseil de guerre
Conseil de guerre. — Envoi de parlementaires

Trajan (à droite) et ses deux lieutenants sont assis sur une tribune de gazon. Quatre licteurs demeurent debout derrière les généraux; l’un d’entre eux porte sur l’épaule gauche la hache et le faisceau de verges (fasces).

Quatre personnages sont appelés devant le conseil de guerre, peut être que ce sont les parlementaires chargés d’exposer au roi dace les motifs de l’invasion et de traiter des conditions de la paix (Nous savons que leur démarche ne fut couronnée d’aucun succès, et que le Decébale préféra la décision des armes) ou bien, ce pourrait être des marchands romains qui viennent donner des renseignements sur le pays.

5 – Cérémonie du sacrifice

colonne de trajan - cérémonie du sacrifice

Les écuyers de l’empereur sont arrêtés près d’un groupe de chênes. Le cheval de Trajan se distingue par un bouclier attaché à l’arçon de la selle (emblème : deux croissants fixés aux extrémités d’une flèche).
Juste après, on voit les remparts du camp romain. Cinq tentes sont dressées pour l’état major; reconnaissables à l’élégante disposition des rideaux (1), suspendus à des anneaux de métal. Devant l’entrée de la tente impériale (prœlorium) se dresse un autel, et Trajan, vêtu de l’habit sacerdotal du grand pontife, offre le sacrifice. D’une main il tient le lituus (la crosse), de l’autre une patère à ombilic contenant le vin qu’il verse sur les flammes de l’autel. Il est chaussé de sandales. Le jeune garçon qui tient l’aiguière de bronze (œnochoé) est l’acolyte (camillus), remarquable par sa longue chevelure et sa petite tunique. Toutes les autres personnes assistant à la cérémonie ont la tète ceinte d’une couronne de feuillage.
Les quatre hommes placés près de l’empereur pontife sont probablement ses lieutenants et les inspecteurs des entrailles ; le cinquième (à côté de l’acolyte), est un joueur de flûte. A gauche de ce groupe, on remarque, la poitrine nue, Yégorgcur (culirarius). Il porte ses deux couteaux dans un seul fourreau attaché à sa ceinture. Son voisin tient un vase contenant l’eau lustrale, un autre la cassolette avec l’encens.
De l’autre côté du prétoire paraissent les trois victimes du sacrifice, Le bœuf, orné d’un large bandeau, est retenu par un boucher (victimarius) armé de sa hache. Le porc est couronné d’une guirlande de feuillage.
Les enseignes sont placées dans l’intérieur du camp, à proximité du pavillon impérial avec les trois étendards de cohorte.et deux étendards de manipule. On aperçoit l’aigle de la légion et une bannière de cavalerie fixée sur une lance.
Des joueurs de trompettes et des sonneurs de cor accompagnent le sacrifice. On sait que les généraux romains n’entraient jamais en campagne ni ne se décidaient à livrer un combat sans avoir consulté la volonté des dieux, manifestée par les entrailles (surtout par le foie) des victimes.

(1)Les tentes romaines étaient faites de peaux de bœuf

6 – Messager Bure et allocution de Trajan

colonne trajane - Messager Bure et allocution de Trajan

Message des Bures

Un Germain, vêtu d’une chemise grossière et armé d’une massue, est allé à la rencontre de l’empereur. A l’aspect de Trajan et de ses lieutenants, qui paraissent sur le sommet d’une colline, il tombe de son mulet, soit par accident, soit par frayeur. Ce Germain est le messager des Bures (*),
nation voisine de la Dacie; il apporte une missive écrite en caractères latins sur un ‘grand champignon poreux, et par laquelle on conseille à Trajan de faire la paix et de retirer promptement ses troupes.

(*) Les Bures habitaient les Carpates, près des sources de la Vistule

Allocution

L’empereur, sur une tribune, motive les troupes (communique à son armée le message des auxiliaires ennemis, en exhortant les légions de ne pas reculer devant le double danger qui se présente). L’un de ses généraux est vêtu d’une cotte en toile dentelée. Tous les soldats sont maintenant casqués, les porte-étendards coinés à la fois du heaume et de la peau d’ours. On distingue quatre de ces veœillarii;- trois tiennent des enseignes de manipule, un autre garde le fanion de cavalerie [disparu]; ensuite viennent deux soldats en juste-au corps de toile et un certain nombre de légionnaires. (Emblème de leurs boucliers : le foudre ailé).

Projet Colonne Trajane

  • Colonne de Trajan Les reliefs de la colonne trajane à Rome racontent les campagnes militaires de l’empereur contre les Daces. Haute d’environ 30 mètres, c’est un monument situé sur le forum de Trajan. ...
  • Projet Trajan Projet TrajanProjet de reconstitution de l’intégralité de la colonne de Trajan à Rome, frise de l’ensemble des reliefs et textes historiques décrivant les scènes de la colonne.
  • Description statique de la Colonne Trajane Postes romains en haute Moésie, préparation de la campagne contre les Daces. Description de la colonne de Trajan, spire 1, image 1. Projet Trajan, reconstitution de la colonne Trajane.
  • Intégrale de la colonne Trajane 1 Frise de la colonne Trajane 1/6, campagne de Trajan contre les Daces, cérémonie du sacrifice, construction d’un fort, première bataille. Intégralité des reliefs du monument.
  • Intégrale de la colonne Trajane 2 Frise de la colonne Trajane 2/6, bataille, raid des Daces, renfort de troupes. Intégralité des reliefs du monument.
  • Intégrale de la colonne Trajane 3 Frise de la colonne Trajane 3/6, campagne de Trajan contre les Daces. Intégralité des reliefs du monument, frise 3 sur 6.
  • Intégrale de la colonne Trajane 4 Frise de la colonne Trajane 4/6, campagne de Trajan contre les Daces. Intégralité des reliefs du monument, frise 4 sur 6.
  • Intégrale de la colonne Trajane 5 Frise de la colonne Trajane 5/6, campagne de Trajan contre les Daces. Intégralité des reliefs du monument, frise 5 sur 6.
  • Intégrale de la Colonne Trajane 6 Frise de la colonne Trajan 6/6, campagne de Trajan contre les Daces. Tous les reliefs du monument, frise 6 sur 6.