Santa Maria in Trastevere

Place de Santa Maria in Trastevere

Sur la place homonyme, l’église actuelle de Sainte Marie du Trastevere fut édifiée au XIIe siècle sous Innocent II (1130-1143). Ses fondations reposent sur les ruines d’un bâtiment chrétien du IIIe siècle, une des plus anciennes églises domestiques de Rome, connue comme le Titus Callisti.

Historique

La légende raconte qu’une source d’huile aurait jailli ici en 38 av. J.-C., annonçant la venue du messie pour les juifs du quartier.
Une autre histoire indique que le pape Calixte Ier (217-222) installa dans une taverne une communauté chrétienne, qui prit le nom de Titulus Callisti.
En 340, le pape Jules Ier construisit un édifice plus vaste, alors désigné comme Titulus Iulii, l’une des vingt-cinq premières paroisses de Rome.
Elle aurait été la deuxième église consacrée à la Vierge, après Sainte-Marie Majeure, au cours du Ve siècle.
Aux VIIIe et IXe siècle, Elle est agrandie avec des nefs latérales, puis Grégoire IV remodela le chœur, ajouta le chancel, le ciborium, et une crypte qui accueillit les reliques de Calixte Ier.
L’église est reconstruite de 1140 à 1143 par le pape Innocent II, en ajoutant un transept, les mosaïques de l’abside, et des éléments architecturaux (comme les chapiteaux ioniques sculptés des colonnes de la nef) qui sont récupérés dans les thermes des Caracalla et dans le temple d’Isis sur la colline du Janicule.

Visite et description

Extérieur

santa-maria-in-trastevere_5828

Façade, mosaïque et statues du parapet

La façade présente une mosaïque du XIIIe siècle de la Vierge allaitant, entourée de dix femmes portant des lampes.

Au sommet du charmant campanile roman du XIIe siècle, une niche héberge une mosaïque de la Vierge à l’enfant.

Le portique fut reconstruit au début du XVIIIe siècle par Carlo Fontana lors de la restauration de la façade. Sur son parapet, se dressent les sculptures des papes Calixte Ier, Corneille, Jules Ier, et le martyr Calépode. L’intérieur du portique conserve des fresques chrétiennes et des fragments de sarcophages du IIIe siècle.

Intérieur

sainte marie en trastevere

La nef centrale

L’intérieur roman qui a gardé le plan de la basilique d’origine est formé par trois nefs, séparées par deux rangées de 11 colonnes ioniques et corinthiennes. Leurs chapiteaux antiques proviennent des Thermes de Caracalla. Le pavement cosmatesque, restauré par Vespignani au XIXe, a été installé par les Cosmati aux XII-XIIIe siècles.

Le Dominiquin a réalisé le plafond à caissons en bois vers 1617, dont l’Assomption de la Vierge au centre.

Les mosaïques du chœur sont le chef-d’œuvre de l’église. Leur style est marqué par l’influence byzantine. Elles illustrent des scènes de l’Évangile.

mosaique, santa maria in trastevere

Mosaïque du Chœur

Au centre de l’abside, le Christ et la Vierge sur un trône sont encadrés à gauche par les saints Calixte, Laurent et par Innocent II portant une maquette de l’église. À droite, sont représentés Pierre, Corneille, Jules Ier et Calépode.
Dessous, deux files d’agneaux sortent de Béthléem et de Jérusalem pour rejoindre le Christ.

Les mosaïques du registre inférieur sont de Pietro Cavallini (réalisées en 1291). Elles racontent dans un style très fin des scènes de la vie de la Vierge. Le style de cette œuvre diffère de la précédente en introduisant des effets de perspectives, une nouveauté à l’époque.
On peut y voir autour du Couronnement de la Vierge, l’Annonciation, la Nativité de Jésus, l’Adoration des Mages, la Présentation de Jésus au temple.

Devant le chœur, le candélabre de marbre indique l’emplacement de la source d’huile qui aurait jailli là le jour de la naissance du Christ.

Sur l’arc triomphal, les mosaïques du XIIe siècle représentent les prophètes Isaïe et Jérémie, avec les symboles des Évangélistes et les candélabres de l’Apocalypse.

La première chapelle de l’allée de gauche est la chapelle Avila, avec des stucs baroques d’Antonio Gherardi (1680). Dans son dôme, émergent d’un oculus quatre anges qui portent un petit temple rond.
Entre la troisième et la quatrième chapelle, le tombeau d’Innocent II est une œuvre de l’architecte Vespignani, qui restaura l’église entre 1866 et 1877.

Parmi les autres œuvres d’art de l’église, la précieuse icône de la Madonna della Clemenza est datée entre les VI et VIIIe siècles.

La basilique abrite les reliques de Saint Jules Ier et les restes de Saint Calixte Ier et d’Innocent II.

Carte et adresse

Adresse : Piazza di Santa Maria in Trastevere, 00153 Roma RM, Italie


Informations

Basilica di Santa Maria in Trastevere
Piazza di Santa Maria in Trastevere, 00153 Roma
Horaires
Ouvert tous les jours : 7h30 – 21h00
En août, ouverture : 8h00 – 12h00 / 16h00 – 21h00

Sources et liens pour en savoir plus

Galerie photos

église sainte marie en trastevere à romePlace Santa-Maria in Trastevere

église sainte marie en trastevere à romeéglise sainte marie en trastevere à rome église sainte marie en trastevere à romeLa nef centrale, ses colonnes ioniques

église sainte marie en trastevere à romemosaiques santa maria in trastevereL’arc de triomphe et le choeur

mosaiques santa maria in trasteveremosaiques santa maria in trasteveremosaiques santa maria in trastevere

église sainte marie en trastevere à romeéglise sainte marie en trastevere à romeLe choeur et les mosaïques de l’abside

église sainte marie en trastevere à rome église sainte marie en trastevere à rome  Le plafond à caisson du Dominiquin (XVIIe)

Sur la place